Virtuel - Théâtre
Virtuel - Théâtre

« Comme la nourriture, le théâtre sèche et pourrit très vite. Il faut l’attraper, l’avaler dès qu’il naît. C’est sa force et sa fragilité tout à la fois. Des bribes d’écriture et surtout des images sont sa mémoire ».(Michel Dubois Planches contact / Comédie de Caen.1983)

Bienvenue sur ce serveur qui veut fournir aux utilisateurs du réseau Internet, quelques pages faites de passions. Ici je dépose mes souvenirs et quelques photos des spectacles que j'ai eu la chance de servir. 

Vous pouvez télécharger les photos dans la zone protégée et les reproduire, seulement pour votre usage personnel.

 

Vous devez toujours donner copie aux conditions suivantes :

  • que la photo ne soit pas modifiée.
  • que vous mentionniez les noms pour les crédits photographiques.

©Bruno Bléger ou  ©Elisabeth Carecchio ou ©Franck Beloncle ou  ©Daniel Cande ou ©Florian Tiedje ou ©Marc Enguérand CDDS

Le Radeau de la Méduse

 

Spectacle d'entrée dans la vie professionnelle du Groupe 42

 

Le Radeau de la Méduse de Georg Kaiser dans une mise en scène de Thomas Jolly, metteur en scène associé au TNS, au Festival d'Avignon 2016.

« En 1940, de jeunes enfants anglais, âgés de neuf à douze ans, se retrouvent isolés en pleine mer sur un canot. Ils avaient pris le bateau pour fuir le Blitz, mais leur navire, bombardé, a coulé. Bien décidés à être solidaires et exemplaires face à la situation, ces jeunes chrétiens s’organisent pour se rationner et se répartir les tâches. Mais la découverte de leur nombre va saper cette harmonie : ils sont treize. Qui est le « Judas » parmi eux, qui les empêchera d’être sauvés ? Cette pièce de Georg Kaiser (1878-1945) interroge les comportements liés à l’éducation. » .................Photos par....... ICI

 

Tête d'or

 

Atelier spectacle du groupe 42 dirigé par Mathilde Delahaye  

 

 

 

 

 

Mathilde Delahaye fait respirer Claudel et Tarkos dans le Port du Rhin à Strasbourg 

 

ARTICLE DE PRESSE 08 JUIN 2015 |  PAR JEAN-PIERRE THIBAUDAT  article........... ici 

Pulvérisés

Mise en scène Jacques Nichet et Aurélia Guillet

 

Pulvérisés nous plonge dans la vie de deux femmes et deux hommes durant une journée et une nuit. Qu’ils viennent de Lyon, Dakar, Shanghai ou Bucarest, qu’ils soient employés ou ingénieurs, ils ont en commun d’être un grain de sable dans la grande économie mondiale. De la musique, du son, accompagnent ce poème narratif qui révèle les gestes quotidiens ou inattendus, l’absurde, la drôlerie, l’épuisement, les cauchemars, l’amour… tout ce qui peut surgir dans leur vie durant vingt-quatre heures. Aurélia Guillet et Jacques Nichet signent ensemble la mise en scène.

 

MESURE POUR MESURE 

 

D’après William Shakespeare

Atelier-spectacle du Groupe 40 dirigé par Robert Schuster 

Toboggan : Texte et mise en scène Gildas Milin

 

L’action se passe dans un futur proche. La population est vieillissante. Les aides sociales n’existent plus. Le système des retraites s’est effondré. De plus en plus de personnes âgées sont sans moyen de subsistance. Un groupe de séniors décide de former un « gang de vieux ». Ils ont un objectif : se faire arrêter pour passer un maximum de temps en prison et, ainsi, manger à leur faim et recevoir des soins. Pour cela, ils sont bien décidés à tuer.

Eugène Onéguine d’Alexandre Pouchkine / Un atelier-spectacle dirigé par Jean-Yves Ruf

 

Ils sont treize. Treize élèves-comédiens du groupe 40 de l’Ecole supérieure d’art dramatique du Théâtre national de Strasbourg à se laisser transporter et investir par les vers de Pouchkine

Gauvain et le chevalier vert

 

Mise en scène: Julie Brochen avec la complicité de Christian Schiaretti 

 

L’onirisme côtoie la comédie. « Le merveilleux restera notre fondement », dit Julie Brochen, « Gauvain et le Chevalier Vert est à la fois une création (une naissance) et une continuité. Le troisième mouvement du Graal Théâtre. Ce projet "fou", visant à monter les dix pièces se poursuit, nous poursuit, Christian Schiaretti et moi. D’ores et déjà, dans notre vocabulaire, il ne s’agit plus de réunir les troupes du TNP et du TNS autour de ce projet, mais de savourer la joie de voir se reconstituer "La Troupe du Graal Théâtre".»

 

La sandale et le rocher

Atelier spectacle du groupe 41 dirigé par Cécile Garcia Fogel

 

Le Groupe 41 Entré à l’École en octobre 2011, le Groupe 41 est composé de 24 élèves dont 12 élèves comédiens, 1 élève dramaturge, 2 élèves metteurs en scène, 5 élèves régisseurs-concepteurs et 4 élèves scénographes-costumiers. Depuis leur intégration à l’École, les élèves du Groupe 41 ont notamment suivi, parallèlement aux enseignements techniques et théoriques, des ateliers dirigés par Michel Archimbaud, Julie Brochen, Cécile Garcia Fogel, Alexandre Gavras, Renaud Herbin, Jean Jourdheuil, David Lescot, Catherine Marnas, Fanny Mentré, Gildas Milin, Claudio Tolcachir, Franck Vercruyssen (tg STAN), Éric Vigner, Marc Proulx et Alexandre Plank.

L'architecte des confidences / Secrets de famille

Atelier spectacle du groupe 39 dirigé par Caroline Marcadé

 

Revenir sur le lieu du passé. S’asseoir sur le lit de la chambre. Frôler les plis du drap. Passer le doigt sur la fenêtre opaque. Croiser le regard des frères, des sœurs, des cousins. Le temps éclate en mille petits morceaux, les souvenirs font peau neuve. La famille n’est pas un corps étranger et chacun y occupe sa place singulière. Inspirée par l’œuvre du peintre Lucian Freud, L’Architecte des confidences/Secrets de famille est une pièce au bord des lèvres : elle met en scène la langue des corps tenue secrète, les non-dits, les silences, les jeux interdits, les désordres. Les corps s’y exposent dans leur matérialité sensuelle et brutale, ils mettent à vif la peau et, sous la peau, les sentiments enfouis.

Caroline Marcadé

A l'Ouest

 

Atelier spectacle du groupe 38 conçu et dirigé par Joël Jouanneau

 

Une fantaisie burlesque qui s’achève en tragédie, lointainement imprégnée de l’univers de Bret Easton Ellis pour les saisons 1à 6, et fidèlement adaptée pour la saison 7 de « La partie des crimes » de 2666, le roman posthume de Roberto Bolaño. « Au tout tout début du monde c’est le jardin d’Eden, personne n’a jamais rêvé plus cool, de provisoirement jeunes mannequins sirotent à Manhattan des bouteilles de format XXL d’un rhum-coca légèrement teinté d’une poudre blanche sensée les propulser sur le podium bleuté de la collection 2001 du grand couturier Yahvé. Puis Yahvé dit « moteur » au caméraman, et dès lors tout devient plus compliqué… » Joël Jouanneau

Tartuffe de Molière

Mise en scène de Stéphane Braunschweig

 

Tartuffe, résume Stéphane Braunschweig, c’est l’histoire d’un homme qui ne va pas bien et qui en rencontre un autre, très habile à manipuler ceux qui ne vont pas bien… ! La mélancolie de Molière, sombre source de son comique, ici présente en Orgon : un personnage en dissidence avec sa propre vie. Une vie d’époux, de père, de fils qui semble ne lui apporter que de la frustration, et dont Tartuffe est le souverain remède. 

Maison Brulée

Mise en scène Aurélia Guillet

 

Dans un quartier surnommé le Bourbier, une maison a brûlé. L’enquête se mène, on cherche un coupable. Sous le regard de l’Étranger, revenu après trente ans pour trouver détruite la maison de son enfance, les secrets de famille et les hontes enfouies remontent à la surface. Derrière sa fragile apparence réaliste, la pièce de Strindberg explore aussi le paysage intérieur d’une vie sociale dont chaque détail livre peu à peu ses abîmes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Misanthrope

Mise en scène: Stéphane BRAUNSCHWEIG

L'enfant Rêve

Mise en scène de Stéphane Braunschweig

 

Un enfant dort sous les yeux de ses parents attendris. La guerre fait irruption, l'entraînant avec sa mère dans la fuite et l'exode. Dans cette pièce du dramaturge israélien Hanokh Levin, humour grinçant et fantaisie cohabitent avec des fragments reconnaissables de l'histoire du XXe siècle, comme en un kaléidoscope terrifiant. Mais s'agit-il du monde ou d'un cauchemar du monde ? Entouré de la troupe du TNS, Stéphane Braunschweig retrouve plusieurs de ses thèmes favoris, comme la présence en l'adulte du regard de l'enfant.

Le Festin de pierre,

d'après Dom Juan de Molière

Mise en scène Giorgio Barberio Corsetti 

 

Les inclinaisons naissantes, après tout, ont des charmes inexplicables, et tout le plaisir de l'amour est dans le changement. Après sa lecture saisissante du Procès de Franz Kafka, monté sur scène au moyen de multiples machines et de comédiens aux mouvements saccadés et au rictus figé, Giorgio Barberio Corsetti revient, avec Dom Juan de Molière, aux origines du théâtre moderne. Anti-héros, intellectuel libertin voué aux défis les plus disparates, "" machine désirante "", Dom Juan est peut-être à son tour un personnage kafkaïen, guetté par le regard sourcilleux du Commandeur et par les institutions, les moeurs (mariage, honneur, dette, promesse) mis au défi d'un verbe séducteur et irrévérencieux. Après nous avoir livré une lecture ironique du chef-d’oeuvre de Kafka, le metteur en scène italien restitue au drame de Molière le ton subtilement railleur et narquois qui valut jadis à ce texte les rigueurs de la censure ainsi que plusieurs siècles d'oubli et de méconnaissance.

Espaces Indicibles 

Mise en scène: Georges Gagneré

 

La compagnie Incidents Mémorables explore depuis plusieurs années les relations de l’acte théâtral avec les nouvelles technologies numériques en temps réel. À partir d’Espèces d’espaces de Perec mais aussi de textes de Michaux et de l’intervention oulipienne de Frank Laroze, auteur co-fondateur de la compagnie, il s’agit cette fois d’interroger la relation à l’espace de  l’individu contemporain. Une expérience de plus en plus paradoxale à mesure que se développent autour de nous des espaces virtuels qui nous rendent ubiquites, et une multiplicité de réseaux auxquels nous connectent, sans que nous le sachions toujours, nos gestes quotidiens. Tissant chorégraphie et jeu d’acteurs, le spectacle fait des corps les partenaires de dispositifs interactifs visuels et musicaux conçus avec le compositeur Tom Mays. Ces « espaces indicibles » offrent aussi aux technologies d’aujourd’hui l’occasion de déployer leur dimension poétique – car pour Georges Gagneré, les  prodigieuses avancées de notre époque dans le domaine du numérique font pleinement partie de l’enchantement du monde...

Anéantis

Mise en scène Daniel Jeanneteau

 

Des tas de gens qui ont pris ma défense à propos d’Anéantis, ont dit que c’est une pièce profondé- ment morale…. Je ne pense pas que ce soit une pièce morale – je pense qu’elle est amorale, et je pense que c’est une des raisons pour lesquelles les gens ont été extrêmement troublés, car on n’y trouve aucun cadre moral bien précis dans lequel se situer pour évaluer notre propre morale et donc nous distancer de ce qui est présenté. SARAH KANE, BBC, inGRAHAM SAUNDERS, Love me or Kill me

Onysos le Furieux

Mise en scène : Yannis Kokkos

 

Onysos le furieux est le premier texte d’un jeune auteur de 27 ans, Laurent Gaudé. Et ce poème dramatique au lyrisme puissant a révélé d’emblée une écriture originale. Hubert Gignoux, qui l’a découvert parmi les tout premiers, en fit la lecture en 1997, à Théâtre Ouvert et sur France Culture. Onysos est un vieillard aux rides profondes, un « clochard mystérieux et céleste ». Sur un quai du métro new-yorkais, un soir, l’occasion de faire le récit de sa vie s’offre à lui. Mi-homme mi-dieu, il parle de ces temps antiques qui l’ont vu naître, où il fut tour à tour le maître d’une armée de femmes en furie, le destructeur de Babylone et l’amant de la fille du roi de Akko. Des monts Zagros aux rives du Nil, il raconte cette longue succession d’incendies et de cris que fut sa vie. Et plus il parle, plus son corps rajeunit, comme si les mots qu’il prononçait faisaient couler à nouveau dans ses veines un sang oublié.

Agésilan de Colchos 

Tragi-comédie de Jean de Rotrou

Mise en scène philippe Berlin

«La scène est à Thèbes, devant la maison d'Amphitryon».

 

Ah, «les antichambres» du théâtre classique! Mais peu sont aussi justifiées que celle-là. Ni dedans, ni dehors. Zone frontière, espace transitoire. Amphitryon rivé au sol, comme l'électrocuté à son câble. Ni maison, ni port. Simplement un chemin qui va de l'un à l'autre. Et devant, une maigre fondrière à la forme douce d'un flanc d'amphore. Thèbes sera dans Palmyre autant que dans Versailles, et l'Olympe empruntera aux vastitudes mystérieuses d'un chapiteau de cirque. Mais, n'est-ce pas Claire (Chavanne), tout partira du vélum, gréement de navire, voile de la nuit, étoffe des songes et de l'incessante métamorphose baroque. Une eau-forte de Rembrandt dans un ciel de Poussin.

Villa Luco

 

C’était au printemps 1989, à Strasbourg, au Théâtre national, qu’il dirigeait alors. Jacques Lassalle créait la première pièce d’un tout jeune homme, qui lui avait été recommandée par Bernard Dort. Villa Luco organisait la rencontre imaginaire, à l’île d’Yeu, entre de Gaulle et le maréchal Pétain (Maurice Garrel et Hubert Gignoux). 

Retrouvez bientôt d'autres photos 

Vous avez installé un outil pour bloquer les publicités. Veuillez le désactiver pour que cette Web App puisse être correctement affichée et configurée.

En date du 09/01/2016 le
Règlement (UE) N° 524/2013 relatif au « Règlement en ligne des litiges de consommation » entre en vigueur.

 

 Vous trouverez les informations à ce sujet en suivant ce lien.

 

http://ec.europa.eu/consumers/odr/